La paroisse de Veyrines au début du XIXème siècle

Parmi tous les documents que Jaques MOULY, habitant de Champaveire (hameau voisin de Veyrines), a laissé a ses descendants figure une brève présentation de la paroisse de Veryrines. Etant donné la mention du décès du dernier desservant de la paroisse (1818) et l’année de sa propre de Jacques MOULY (1856), cette « Histoire sur Veyrines » a été rédigée durant cette période.

Ce document est extrêmement intéressant car il nous donne à la fois des données chiffrées et des données géographiques sur la petite paroisse de Veyrines dans le deuxième quart du XIXème siècle.

Les limites de la paroisse sont clairement indiquées avec des localités facilement identifiables même si leur orthographe a pu changer comme nous pouvons le constater sur la carte issue de Géoportail avec les limitations de la commune en pointillés :
– à l’est (L’Hermuzière, ravin de Saigne Longue, Le Bouchat),
– au sud (Chemin du Four des Tuiles au Bouchat),
– à l’ouest (les ravins de la Psate qui seraient sans doute identifiable à la Pras se prolongeant par le ruisseau de Larzallier).

La surface de la paroisse était de 160 hectares et rassemblait dans les nombreuse fermes des différents hameaux : 109 habitants.
Le nombre d’habitants s’est très fortement réduit depuis cette époque dans les limites de l’ancienne personnes. En effet le nombre actuel de résidents permanents est inférieur à la dizaine tandis que le terroir a été très fortement boisé depuis cette époque comme le montre la photographie aérienne.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s