Une Présence Humaine Ancienne

Le Chirat Blanc ou le Suc du Barry

En occitan un « chirat » est un tas de pierres qui est ici qualifié de blanc car les amas rocheux sont principalement composés de quartz. Le Suc du Barry qui culmine à 1146 mètres et domine les vallées de la Cance et du Nant est situé aux limites des communes de Vocance, de Saint Julien Vocance et de Saint Symphorien-de-Mahun.

Zone d’habitation très ancienne, le Chirat Blanc comporte les restes mégalithiques d’une enceinte retranchée contenant une centaine de fond de cabanes carrés, rectangulaires ou arrondis de 3 à 4 mètres de diamètre et regroupés autour d’une barre rocheuse. Sécurisée par une falaise de 5 à 6 mètres de hauteur sur le sud-ouest le camp retranché de forme ovale était fermé par deux courtines successives permettant de ralentir voire refouler des assaillants. L’accès s’effectue via deux chemins abordant l’enceinte sous forme d’une rampe raide encaissée entre deux murs permettant de la sécuriser.

Le site défensif du Chirat Blanc est-il un camp retranché du Premier Age de Fer (725-480 avant Jésus-Christ) ou un oppidum gaulois du 2ème Age de Fer (130-30 avant Jésus-Christ) ? Les fouilles menées jusqu’à présent sur le site n’ont pas permis de réaliser une datation précise mais il semble qu’il y ait eu plusieurs phases successives d’occupation du Suc du Barry.

Le Château de Mahun

Situé sur un serre rocheuse d’une altitude de 850 mètres le château de Mahun est situé à un kilomètre au nord du site du village actuel de Saint-Symphorien de Mahun. Il a été construit avant 1090 dans la grande phase d’incastellamento et la formation de seigneureries importantes telle celle formée par les Pagan de Mahun sur les décombres de l’empire carolingien dans lequel le pouvoir politique qui n’a cessé de se morceller.

Le château de Mahun était constitué d’un donjon et d’une enceinte de forme ovale épousant les contours de la plateforme rocheuse sur laquelle il est implanté. Il a été le centre politique de la seigneurerie de Mahun jusqu’à l’extinction de la famille Pagan en 1362, il devient alors une simple forteresse et le siège de l’un des nombreux mandements dans lesquels s’exerce le pouvoir et la justice des Retourtour puis des Tournon.

Le château de Mahun a été partiellement détruit en 1420 par une bande de routiers anglais venant du centre du Royaume de France et ravageant le Vivarais dans le cadre de la guerre de 100 ans. Réparé ultérieurement il est resté habitable jusqu’en 1550 avant d’être abandonné définitivement en tant que forteresse comme en tant que résidence.