Le site médiéval du château de Mahun

La vallée du Nant a été durant une grande partie du bas Moyen-Age (XIIème-XIVème siècle) le siège d’une seigneurie puissante à l’échelle du Vivarais Viennois. Cette seigneurie a été fondée par la famille Pagan de Mahun, sans doute au XIème siècle sur le versant nord de cette vallée (à quelques kilomètres du hameau de Veyrines installé sur le versant sud).

La situation géographique du château de Mahun

La plateforme rocheuse de Mahun située à flanc de colline permettait de bénéficier d’une vue dégagée à la fois sur le sud-est (sur Seray et sa tour de garde domine Préaux et Satilieu) ainsi que sur le sud-ouest (les débouchés du col du Rouvey). Cette position, qui domine une grande partie de la vallée du Nant, est également proche du col de la Supyère qui permet de descendre dans la vallée de la Vocance tout autant que dans la vallée de l’Ay.

Dans son ATLAS DES CHÂTEAUX DU VIVARAIS (Xe-XIIIe SIÈCLES), Pierre-Yves Laffont décrit ainsi le site de l’ancienne forteresse de Mahun.
« Les ruines du château de Mahun occupent l’extrémité d’une serre rocheuse à près de 850 m d’altitude, à environ un kilomètre au nord du bourg de Saint-Symphorien qu’il domine. L’examen de la carte IGN au 1/25 000e semble montrer que l’installation du château de Mahun s’est faite dans une zone pionnière sur les franges de l’immense forêt qui bordait et qui borde encore la partie sud-ouest du bassin de la Cance. »

La structure de la forteresse de Mahun

Voici la description que fait Pierre-Yves Laffont de la forteresse et résidence seigneuriale de Mahun.
« Le château est établi sur une plate-forme irrégulière d’environ 30 mètres par 50 mètres, isolée au nord, à l’est et à l’ouest par des à-pics naturels. Au sud, une pente relativement abrupte supporte le chemin d’accès au site.
Le château présente un plan très simple : les ruines d’un petit donjon quadrangulaire occupent l’angle d’une enceinte grossièrement ovale qui suit le pourtour de la plate-forme rocheuse. Le donjon et l’enceinte présentent un appareil tout à fait semblable de petits blocs de granit mal équarris liés au mortier de chaux. L’ensemble paraît renvoyer à la période XIe-XIIIe siècles. »

Les destructions du château de Mahun

Devenu une simple forteresse après l’extinction de la famille Pagan de Mahun (1363), le château de Mahun semble être resté en l’état lors de ses entrées successives dans le patrimoine des familles de Retourtour puis de Tournon.
Selon Albin MAZON dans son Essai Historique sur le Vivarais pendant la Guerre de Cent Ans (1337-1453) le château de Mahun aurait été détruit lors de la reconquête du nord du Vivarais par les troupes royales aux dépends des Bourguignons. « S’il faut en croire une tradition qui s’est conservée dans le pays, le château de Mahun aurait été détruit, vers l’an 1420, par une bande de routiers, vulgairement nommés Anglais, qui venaient du côté d’Angoulême. »
Le château a été ensuite au moins en partie reconstruit puisqu’en 1537 Just de Tournon charge Antoine de la Chavas de commander les hommes d’armes assurant la sécurité de la ville de Satillieu et du château de Mahun.

Lors de la succession de la maison de Tournon au commencement du XVIIème siècle la description de Mahun est la suivante : « où il y a encore quelques mazures et vestiges du chasteau que y solloit estre.. »
Ces ruines ont semble t’il servi par la suite de carrière pou construire les maisons et les fermes des hameaux de Gonnet et de Meunier situés àquelques centaines de mètres de Mahun.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s